-
-

Justice fiscale, élection aux Etats-Unis et démocratie sociale : vive l’ISF progressif !

Jeudi 24 Septembre 2020
Le Triomphe de l’injustice
Emmanuel Saez et Gabriel Zucman
Seuil, 304 pages, 22 euros

Emmanuel Saez est professeur d’économie, lauréat en 2009 de la médaille John-Bates-Clark, la plus haute distinction américaine en économie. Gabriel Zucman est professeur d’économie. Il est l’auteur de la Richesse cachée des nations. Enquête sur les paradis fiscaux, traduit dans dix-sept langues. Tous deux sont professeurs à l’université de Berkeley en Californie où ils dirigent le Centre pour la croissance équitable. Il est de notoriété publique que leurs travaux ont inspiré Elizabeth Warren et Bernie Sanders, candidats à l’investiture démocrate américaine. Les deux économistes sont proches de Thomas Piketty avec lequel ils ont écrit plusieurs articles sur les inégalités fiscales. Les deux auteurs exposent ici les conclusions de leurs recherches sur l’accroissement démesuré des richesses pour quelques privilégiés, associé à la fin de la progressivité de l’impôt. Ils exposent l’histoire d’une politique qui finit par miner la démocratie elle-même.

Une fois de plus, on est impressionné par le travail de documentation accompli par les auteurs. Une compilation d’informations couvrant un siècle, 170 millions de feuilles d’impôts sur le revenu consultées auxquelles s’ajoutent l’exploitation des résultats de contrôles fiscaux, d’enquêtes auprès des ménages, de rapports sur les profits déclarés par les multinationales dans leurs filiales offshore et, bien sûr, de comptes macroéconomiques, sans oublier ce qu’ont révélé les « Leaks » et autres « Panama Papers ».

D’abord paru aux États-Unis, le Triomphe de l’injustice y a connu un succès certain en révélant qu’aujourd’hui les 400 plus grosses fortunes américaines paient un impôt sur le revenu proportionnellement inférieur à celui que règle la moyenne des Américains. D’où ce besoin de revenir sur l’histoire fiscale américaine pour une large part oubliée. Les auteurs montrent comment les États-Unis ont tourné le dos à leur tradition et sont passés d’un pays à la pointe de la justice fiscale, dans la première moitié du XXe siècle, à l’un des moins efficaces après les réformes Reagan. Toutefois, l’essai ne se contente pas de décrire l’accroissement des inégalités. Les auteurs proposent une refonte de la fiscalité pour le XXIe siècle autour de trois mesures phares : un impôt de solidarité sur la fortune (ISF) progressif, un impôt national sur le revenu et un impôt sur les sociétés s’appuyant sur un taux de base de 25 % et une prise en compte des profits des filiales. Les auteurs montrent que si la mondialisation soulève d’épineuses questions, l’ouverture des frontières ne condamne nécessairement pas à plus d’injustice fiscale. Un livre qui, s’il parle avant tout de l’Amérique, devrait avoir un grand écho dans le débat fiscal qui traverse l’Europe. 

×