Sur le plateau, les partenaires du patron sont représentéspar des mannequins grandeur nature. Victor Tonelli
Sur le plateau, les partenaires du patron sont représentéspar des mannequins grandeur nature. Victor Tonelli

Théâtre. Cher boulot, j’aime tant ton univers impitoyable

Vendredi 25 Septembre 2020
Avec Dépôt de bilan, sa dernière création, Geoffrey Rouge-Carrassat propose un voyage insolite dans les marges du burn-out. C’est bien vu, drôle et inquiétant.

L’homme a tout pour être heureux. Il le raconte aux visiteurs, c’est-à-dire le public, sagement installé sur les bancs de ce théâtre de la Flèche (ex-la Loge), piloté par Flavie Fontaine, qui a choisi ce Dépôt de bilan pour sa réouverture de rentrée. Ce patron d’une PME est amoureux de son boulot et nanti d’une famille, avec deux enfants qu’il voit le soir « pour dîner, après 21 h 30 », une femme qu’il aime, on en doute, et à qui il fait l’amour « en expédiant » la chose. C’est encore ce qu’il dit. D’ailleurs, pour éviter les complications, il ne dort plus dans la chambre mais sur le canapé du salon. « C’est plus pratique. » Car, pour lui, toute trace de vie passe par le prisme unique, chronophage et diabolique de la religion du travail.

fmlksjmdlfkjsldkfjhsm ldkfjhmslkdfjmlsjkd

Ce brouillon d’existence est la trame de la dernière pièce de Geoffrey Rouge-Carrasat. Après un remarqué et remarquable Roi du silence, sur le coming out, présenté notamment dans le off d’Avignon, le jeune comédien, qui met en scène ses propres textes, parfait ici sa démarche : récit joué dont les morceaux semblent être ceux d’un puzzle, déplacements et utilisation des accessoires millimétrée… Lui-même victime d’un burn-out, avoue-t-il, il a voulu parler de la « relation maladive au travail » et, heureusement, « la création de ce spectacle a été éclairante, salvatrice, voire thérapeutique ». Cette addiction au travail, dite parfois « workaholism », viserait désormais 13 % des femmes et 8 % des hommes aux États Unis.

Sur le plateau, les partenaires du boss sont des mannequins grandeur nature, de ceux que l’on utilise dans les vitrines pour présenter des fringues. Pratique, ils ne disent rien. L’un d’eux est un ancien de l’entreprise, bientôt à la retraite. « C’est un peu un ami. » Le vrai récit des trente ans d’activité d’une secrétaire qui a fourni le matériau de base. Avec conviction et une énergie bouillonnante, Geoffrey Rouge-Carrassat décortique ce boulot qui bouffe la vie véritable. Et il le fait avec le talent de ceux qui savent convaincre. 

Jusqu’au 9 octobre, théâtre la Flèche ; 77, rue de Charonne, Paris 11e,,tél. : 01 40 09 70 40.
×